Blog Post

L’essor spectaculaire des formations en langues

Souvent plébiscitées par les salariés, les formations en langues constituent également un enjeu stratégique pour les entreprises. Malgré l’émergence des traducteurs automatiques, la maîtrise des langues étrangères s’impose en effet comme incontournable dans nombre de secteurs. L’essor du digital et de la formation à distance a profondément transformé ce segment du marché des compétences, que ce soit par le développement de modules e-learning ou par celui de la classe virtuelle. Et les architectures LMS permettent une diffusion des contenus à grande échelle, avec un haut degré de personnalisation.

Un doublement des formations en langue en 2021

Les formations en langues figurent parmi les grands classiques de la formation professionnelle. Si elles ne dominent pas autant le marché qu’on le dit parfois, elles constituent cependant un des thèmes importants des plans de développement des compétences, en particulier chez les cadres. Selon une étude du Céreq (supplément statsitique), les formations en langues représentaient 4,7 % des quelques 6 millions de formation suivies par les salariés entre janvier 2014 et juin 2015, soit une formation sur 20, et environ une formation aux compétences transversales sur 6 (soit 15,7%).

L’attrait des formations en langues pour les salariés se mesure aussi à leur succès parmi les utilisateurs du Compte personnel de formation (CPF) : elles représentent, depuis 2020, un dossier CPF sur 5 – après, il est vrai, en avoir compté pour la moitié l’année du lancement du CPF en 2015, et pour 28 % en 2019. Le recul en pourcentage masque cependant une augmentation significative en volume, le CPF ayant connu une explosion des demandes de financement à partir du 2e semestre 2020 : on est passé de 500 000 dossiers CPF en 2019 à 1 million en 2020, et probablement 2 millions en 2021. Parmi ces dossiers, le nombre de formations en langues financées par le CPF est passé de 150 000 en 2019 à 210 000 en 2020, puis 220 000 pour le seul premier semestre 2021, et donc probablement près de 450 000 sur l’année entière !

Certes, les formations CPF ne recouvrent pas l’ensemble des actions de formation. Mais l’étude du Céreq citée plus haut recensait au total environ 280 000 formations en langues (4,7 % de 6 millions) sur une période de 18 mois (janvier 2014-juin 2015). On peut donc bien parler d’une véritable explosion de la demande.

Il nous manque cependant une donnée : le volume d’heures. Globalement, la durée des formations financées par le CPF a baissé avec le temps. Il est donc possible que les formations en langues aient suivi une même tendance, ce qui pourrait s’expliquer de diverses façons : plus de formations d’approfondissement, des prestations plus courtes reposant davantage sur le travail personnel des apprenants, ou encore l’essor de modules de e-learning dont l’évaluation en temps passé est plus difficile.

Une demande en expansion

Ce développement rapide a plusieurs explications. La crise sanitaire en est une. Même si le premier confinement s’était traduit par une baisse sensible du recours à la formation (et au CPF), les mois qui l’ont suivi ont vu un redressement considérable de la demande, peut-être à la faveur des reconversions et des périodes d’activité partielle. Le CPF nouvelle version est un autre facteur : les salariés peuvent désormais dépenser le contenu de leur compte personnel de formation en quelques clics depuis leur mobile ou leur PC, sans aucun intermédiaire.

Dans le contexte de la pénurie de recrutement qui sévit en 2021, les entreprises ont peut-être également davantage tendance à financer des formations à leurs salariés pour les fidéliser. Les formations en langues sont populaires par elles-mêmes, mais aussi parce qu’elles permettent d’améliorer les perspectives de carrière. En effet, dans nombre de secteurs, la non-maîtrise de l’anglais représente un sérieux handicap, tandis que la maîtrise d’autres langues constitue un avantage potentiellement décisif.

C’est le cas, bien sûr, dans les entreprises multinationales. Selon l’Insee, celles-ci représentent dans notre pays un peu plus de 12 millions de salariés, dont 5,3 millions travaillent en France. En d’autres termes, plus du quart (27 %) des salariés du privé en France évoluent dans des multinationales. Si l’on ajoute les métiers du tourisme et du commerce dans les sites touristiques, mais aussi les métiers de la recherche et développement, on constate qu’une part croissante des emplois requiert la maîtrise d’au moins une langue étrangère.

La formation à une langue étrangère : un défi pédagogique

Tous les « apprendre l’anglais en s’amusant » ou les « l’allemand facile » du monde n’y changeront rien : acquérir une langue reste une entreprise d’envergure, un travail de très longue haleine. Il faut intégrer des règles grammaticales et syntaxiques différentes, un corpus de plusieurs milliers de mots, mais aussi une façon de penser et des références culturelles nouvelles. Apprendre une langue suppose d’assimiler entièrement un nouvel univers. C’est une compétence de haut niveau, qui exige nécessairement du temps et de l’investissement.

Bien sûr, il n’y a pas une seule façon d’acquérir une langue, et les formations linguistiques peuvent varier suivant deux séries de paramètres : le besoin de l’entreprise et les caractéristiques de l’apprenant.

Du point de vue de l’entreprise, il est essentiel de bien définir l’objectif dès le départ. Il peut s’agir simplement de pouvoir tenir une conversation courante avec des locuteurs de la langue cible. Si l’objectif est de pouvoir manager dans la langue en question, en revanche, une maîtrise plus approfondie sera nécessaire. Si le poste visé requiert une connaissance et une pratique de l’écrit, la formation sera orientée différemment.

Selon le niveau de l’apprenant, la formation peut avoir pour but une initiation, un « réveil » de connaissances acquises à l’école ou dans la jeunesse, ou encore un approfondissement d’une langue déjà connue. Autre facteur déterminant : tous les salariés n’ont pas la même posture par rapport à l’apprentissage. Certains n’apprennent que par l’échange, d’autres ont besoin de travailler par eux-mêmes, loin du regard et de l’oreille des autres. La diversité des modalités pédagogiques disponibles permet aujourd’hui de composer le bouquet de formations qui répondra le mieux aux besoins spécifiques de chaque salarié.

La formation à une langue étrangère : un défi pédagogique

Tous les « apprendre l’anglais en s’amusant » ou les « l’allemand facile » du monde n’y changeront rien : acquérir une langue reste une entreprise d’envergure, un travail de très longue haleine. Il faut intégrer des règles grammaticales et syntaxiques différentes, un corpus de plusieurs milliers de mots, mais aussi une façon de penser et des références culturelles nouvelles. Apprendre une langue suppose d’assimiler entièrement un nouvel univers. C’est une compétence de haut niveau, qui exige nécessairement du temps et de l’investissement.

Bien sûr, il n’y a pas une seule façon d’acquérir une langue, et les formations linguistiques peuvent varier suivant deux séries de paramètres : le besoin de l’entreprise et les caractéristiques de l’apprenant.

Du point de vue de l’entreprise, il est essentiel de bien définir l’objectif dès le départ. Il peut s’agir simplement de pouvoir tenir une conversation courante avec des locuteurs de la langue cible. Si l’objectif est de pouvoir manager dans la langue en question, en revanche, une maîtrise plus approfondie sera nécessaire. Si le poste visé requiert une connaissance et une pratique de l’écrit, la formation sera orientée différemment.

Selon le niveau de l’apprenant, la formation peut avoir pour but une initiation, un « réveil » de connaissances acquises à l’école ou dans la jeunesse, ou encore un approfondissement d’une langue déjà connue. Autre facteur déterminant : tous les salariés n’ont pas la même posture par rapport à l’apprentissage. Certains n’apprennent que par l’échange, d’autres ont besoin de travailler par eux-mêmes, loin du regard et de l’oreille des autres. La diversité des modalités pédagogiques disponibles permet aujourd’hui de composer le bouquet de formations qui répondra le mieux aux besoins spécifiques de chaque salarié.

Schedule a personalized 1:1

Talk to a Cornerstone expert about how we can help with your organization’s unique people management needs.

© Cornerstone 2023
Legal