Billet de blog

4 Key Considerations for Diversity and Inclusion in 2021

Ira S. Wolfe

President, Success Performance Solutions

Six decades ago, Alan Shephard became the first American astronaut in space. Fifty years ago, we landed on the moon. Just two months ago, a four-person crew successfully launched aboard the first NASA-certified commercial human spacecraft system in history.

And yet "here we are still struggling [to achieve diversity, equity, and inclusion on earth]," said diversity strategist Torin Ellis, on a recent episode of my podcast.

Torin passionately and articulately expressed his impatience and frustration for the slow progress society’s made over the past 60 years on diversity, inclusion and, especially, equity. His voice reverberates in my head weeks after our interview.

Torin is not alone. The killing of George Floyd and Breanna Taylor unleashed anger and outrage among people young and old, black and white, around the world. But for many Baby Boomers, the summer of 2020 felt like déjà vu: Torin was quick to point out that the events of last summer were not unlike the horror and backlash we witnessed when cameras showed state troopers and county possemen attack unarmed marchers in the 1965 Selma to Montogomery march. That event unleashed a series of social and legislative events that attempted to ensure fair and equal treatment for all. We often say that change is a marathon, not a sprint. But 60 years is a long time, even for a marathon.

Seeking to make sure we do what’s right this time, I used my podcast pulpit to access Torin’s unfiltered thoughts and advice. And I started by asking: Will 2020 be remembered as the year things really changed or will things just gradually slip back to the way they were?

Torin didn’t hesitate: "I think it's a little too early for us to say. It feels different and organizations seem to be a bit more serious around the diversity, equity, inclusion, and belonging initiatives this time. Individuals inside of these organizations seem to be a bit more thirsty and curious about how they are going to pursue a change in their organization."

To turn rhetoric, frustration and even anger into good, Torin says the responsibility falls on both individuals and organizations. While companies need to lead the effort in making diversity and inclusion initiatives a priority, we all need to "drop the excuses and figure out how to do the work." To get started, Torin offers four key considerations:

1. Own Your Role

Diversity and inclusion has to start somewhere. Many people suggest it starts with leadership. But Torin suggested that it is also "the responsibility of every member of an organization to own their roles fully. Every individual, after reflecting on where they have fallen short, is responsible for making the changes they need to make in order to create a just workplace."

2. Make Diversity and Inclusion a Priority

The response to the pandemic was swift. We transformed cities, schools, workplaces, and even personal living spaces within days and weeks. Like COVID-19, discrimination, exclusion, and social injustice are also very real threats to our society. If we can create a safe response to a pandemic, why can’t we create a safe and inclusive workplace for people of color, race, age, and gender preference?

Torin said, "The reason no real change has been made is not because it’s impossible, but because it hasn’t been made a top priority. Many organizations have started with initiatives such as unconscious bias training, but haven’t gone far enough. This is a great first step, but not an approach that will lead to lasting change." Instead of relying solely on unconscious bias training, organizations need to promote more holistic efforts that will exist in perpetuity and have long-term, progressive goals associated with them.

3. Table Our Fragility

Personal change is hard work. We need to accept, then unpack our personal biases and prejudices. This process can often cause people to feel attacked. One of the most difficult parts of these changes is that it is ongoing. We are never done working on becoming a better human. It is a constant process that requires reflection, understanding, learning, and practice to make real changes.

We also must accept that we will make mistakes. That’s almost guaranteed. Torin’s advice: "Rather than letting the fear of making a mistake prevent you from diving into the work of being a better person, embrace the inevitability of making mistakes and be prepared to own them."

4. Spread the Word

It is not enough to only work on yourself as an individual. To work towards a truly just society, we are all obliged to get others on board. Create a safe zone for crucial conversations about the reality of our personal biases, prejudices and social injustice. Beyond that, encourage business leaders and influencers to join efforts to advance racial equality and accept responsibility for fixing their practices. It’s not only the moral and right thing to do but racism has led to a $16 trillion loss in GDP over the last 20 years. If nothing else, this finding must be shared and used to spark change.

According to Torin, the biggest threat to progress is "the complacency of white people and the fatigue of Black people." But if we do these four things, Torin strongly believes we'll be in better shape than ever before to shape to make real change.

For more tips about how to make diversity and inclusion a priority in the workplace, check out a recent webinar about Diversity, Equity, Inclusion and Belonging and HR’s role from Cornerstone’s Advisory Services lead, Jeremy Spake.

Related Resources

Want to keep learning? Explore our products, customer stories, and the latest industry insights.

L'index d'égalité femmes - hommes 2020/2021

Billet de blog

L'index d'égalité femmes - hommes 2020/2021

Cornerstone s'engage à créer un lieu de travail diversifié, équitable et inclusif où chacun se sent considéré et valorisé. Depuis le 1er mars 2020, les entreprises françaises de moins de 250 salariés sont dans l’obligation de publier leur iindex d'égalité femmes- hommes. Au cours des deux dernières années, Cornerstone a réalisé des progrès dans ce domaine, obtenant 74 points sur un total de 100 en 2021, contre 67 points en 2020.  Voici un résumé des scores obtenus par Cornerstone France en 2021:  Écart de rémunération entre hommes et femmes: 23 points sur 40 (contre 17 points sur 40 en 2020). Écart de répartition des augmentations individuelles: 35 points sur 35 (identique en 2020: 35 points sur 35). Salariés bénéficiant d'augmentations au retour d'un congé maternité : non calculé en 2021 car il n'y a pas eu de congé maternité dans l'année (15 points sur 15 en 2020). Répartition des 10 plus hautes rémunérations : 5 points sur 10 (contre 0 point sur 10 en 2020). Nous avons certes progressé en matière d'égalité salariale entre les hommes et les femmes, mais nous restons déterminés dans notre engagement à progresser d'année en année et à apporter des améliorations afin de garantir un environnement de travail équitable. Fidèles à notre mission, toujours apprendre, - nous promettons à tous les Cornerstars de toujours continuer à viser l’excellence.  Pour 2022, nous nous concentrerons sur: Des augmentations de rémunération pour nous assurer de combler les écarts de rémunération entre femmes - hommes. Un processus de recrutement qui respecte notre politique mondiale et régionale de diversité et d'inclusion. La garantie de l'égalité des chances en matière de développement de carrière pour chaque Cornerstar, afin qu'ils continuent de bénéficier d’opportunités équitables de progression de carrière. Dans le cadre des valeurs fondamentales de Cornerstone, nous sommes fiers d'être un employeur offrant l'égalité des chances (EOE: Equity Opportunity Employer), tout comme nous sommes fiers de la diversité de nos Cornerstars qui viennent de différents horizons, se sentent valorisés pour leurs contributions et sont prêts à aller de l’avant ensemble. “Chez Cornerstone, nous nous engageons en matière de diversité, d'équité et d'inclusion au-delà du recrutement et nous veillons à ce que nos pratiques, nos programmes et nos conversations créent un lien d'appartenance. Notre vision: éduquer le monde, tout en encourageant les leaders à apporter des changements durables et significatifs qui impactent toutes nos communautés, employés et clients.” Corinne Bidallier, Directrice nationale, France Pour en savoir plus, veuillez consulter le site https://www.cornerstoneondemand.com/company/diversity

Cornerstone Global Skills Report : développer les compétences dans le    « monde d’après »

Billet de blog

Cornerstone Global Skills Report : développer les compétences dans le « monde d’après »

La précédente édition du Cornerstone Global Skills Report a été réalisée quelques semaines après le début de la pandémie de Covid-19, dans un contexte très particulier. L’un des principaux enseignements de l’étude était le suivant : les collaborateurs sont beaucoup moins confiants dans la gestion des compétences de leur entreprise que les employeurs. C’est ce que nous avons nommé le « Skills Confidence Gap », c’est-à-dire le différentiel de confiance en matière de compétences. 18 mois plus tard, nous avons voulu savoir si ce différentiel s’était atténué ou au contraire agrandi. À l’automne 2021, nous avons donc conduit en partenariat avec Starr Conspiracy une nouvelle étude à l’échelle globale pour en savoir plus sur l’évolution des pratiques et stratégies de développement RH face aux transformations du monde du travail dans le « monde d’après ». Nous vous livrons dans ce billet les principaux résultats de cette enquête. Employeurs et collaborateurs : deux salles, deux ambiances La pénurie de talents ne date pas de la pandémie. Selon l’enquête Besoins de main-d’œuvre de Pôle Emploi, la part des recrutements considérés comme « difficiles » par les entreprises était déjà passée de 32% à 50% entre 2016 et 2019. Avant mars 2020, les employeurs se plaignaient déjà de ne pas trouver les compétences dont ils avaient besoin pour leurs entreprises. Mais dans l’esprit des collaborateurs, la question ne se posait pas du tout en ces termes : pour eux, les entreprises avaient déjà les talents qu’il leur fallait – à savoir, eux-mêmes. Le problème n’était pas la pénurie de talents, mais l’incapacité des employeurs à développer suffisamment les compétences des salariés. C’est ce qui ressortait clairement du Cornerstone Global Skills Report de 2020 : 9 employeurs sur 10 s’estimaient satisfaits de la façon dont leur entreprise assurait le développement des compétences. Chez les collaborateurs, on tombait à 6 sur 10. Soit un écart de 30 points de pourcentage. Malheureusement, cet écart ne s’est pas résorbé. En 2022, les collaborateurs ont encore moins confiance que deux ans plus tôt dans la capacité de leur entreprise d’être à la hauteur des enjeux de formation et de compétence : ils ne sont plus que 55% à émettre une opinion positive. Et entre-temps, la part des recrutements jugés difficiles est montée à 58%. Cette année, notre analyse s’étend à trois autres aspects majeurs de la perception des entreprises par leurs dirigeants et leurs salariés : L’effort d’investissement dans les compétences ; La contribution de la gestion des talents aux résultats de l’entreprise ; L’impact de la pandémie. Nous nous sommes également penchés sur la relation entre investissement dans les compétences et performance organisationnelle. C’est peut-être le résultat le plus instructif de cette édition 2022, comme nous le verrons plus loin. Quel est le secret des organisations performantes ? Insistons d’abord sur un point important, mis en lumière par notre étude : les entreprises comme leurs salariés s’accordent à considérer le développement des compétences comme un levier essentiel dans la construction de leur avenir commun. Selon le baromètre Centre Inffo 2022, les salariés français n’y font pas exception : 88% d’entre eux voient dans la formation professionnelle une chance d’évolution professionnelle. Tout le monde se retrouve sur la question. Ce qui différencie les organisations performantes des autres, ce n’est pas le fait d’investir dans les compétences, c’est la façon dont elles le font. Nous avons réparti les organisations en trois catégories : hautement performantes, moyennement performantes, peu performantes. Nous avons déterminé ces niveaux de performance en nous fondant sur 3 indicateurs : la rentabilité, le turnover et le Net Promoter Score® (NPS®), qui est un indicateur de satisfaction client considéré comme très efficace pour prédire la réussite commerciale d’une entreprise. Les organisations hautement performantes figurent parmi les plus rentables de leur secteur, présentent un bas niveau de turnover et bénéficient de résultats NPS élevés auprès de leurs salariés. Nous avons comparé les approches des trois catégories d’entreprises au regard du développement des compétences, de la stratégie de gestion des talents et de leur réaction à la pandémie. Les organisations les plus performantes affichent un écart de confiance dans la gestion des compétences (Skills Confidence Gap) nettement plus réduit entre employeurs et collaborateurs que les moins performantes. La différence s’établit en effet à 11 points (en défaveur des salariés) dans les entreprises hautement performantes contre 42 dans les moins performantes. Les entreprises de performance moyenne présentent un écart légèrement plus favorable que ces dernières, à 35 points. L’étude a également mis en évidence des différences significatives entre organisations hautement performantes et peu performantes dans bien d’autres domaines : formation des dirigeants, mobilité interne, engagement des salariés, rétention des talents, qualité du recrutement, diversité et inclusion. Manifestement, dans cette période d’incertitude, les entreprises les plus performantes ont misé sur l’investissement massif dans le capital humain et les compétences pour maintenir leur croissance, innover et réussir. Ces organisationsfondent leur succès sur le développement des compétences de leurs équipes ainsi que sur l’écoute des perceptions, des besoins et des attentes de leurs collaborateurs. Réduire l’écart Sans surprise, la pénurie de talent et les tensions de recrutement constituent le principal sujet d’inquiétude des employeurs pour les 3 années à venir. 48% d’entre eux en font l’une de leurs trois premières préoccupations. Beaucoup d’entreprises prennent la question très au sérieux et engagent ou planifient dès à présent des politiques de développement des compétences à la hauteur des enjeux. Mais toutes les entreprises ne le font pas dans les mêmes proportions : 72% des entreprises hautement performantes entendent prioriser le développement des compétences dans l’année qui vient, et 47% ont déjà commencé. Dans les entreprises de performance moyenne, on tombe à 34% d’entreprises qui prévoient des changements dans l’année qui et 33% dans les trois prochaines années. Les entreprises faiblement performantes sont 3 fois plus nombreuses à réduire l’investissement dans les compétences que les organisations les plus performantes. L’appétence pour la formation Où les salariés vont-ils chercher l’information sur leurs perspectives de carrière ? Si la première source demeure Internet (un résultat confirmé pour la France par le baromètre Centre Inffo), la plateforme interne de gestion des carrières et des compétences de l’entreprise vient immédiatement après. D’où l’importance d’avoir un LMS efficace et engageant pour stimuler l’envie de formation des collaborateurs, contribuant ainsi à nourrir une culture de l’apprenance et de la formation dans votre organisation. Les entreprises les plus performantes investissent également dans la diversification des outils de formation et de développement des compétences : formation en situation de travail, mentorat, coaching, formation formelle, cursus universitaires, formation à distance, digital learning… Cette diversité est la marque d’une vraie recherche d’adéquation avec les attentes et aux préférences des collaborateurs. Ce qui est certain, c’est que la formation et le développement des compétences figurent parmi les attentes fortes des collaborateurs. Il n’y a pas de recette toute faite pour mettre en place une stratégie de développement des compétences dans votre organisation. Pour rejoindre les rangs des entreprises hautement performantes, l’essentiel est d’écouter vos collaborateurs pour être en mesure de leur proposer toutes les opportunités de développement des compétences qu’ils souhaitent. C’est un investissement gagnant aussi bien pour les salariés que pour les employeurs. Si vous souhaitez en savoir plus sur les bonnes pratiques à mettre en place pour améliorer votre démarche de développement des compétences, n’hésitez pas à consulter le rapport complet

De limportance de la culture dentreprise, notamment pour rebondir…

Billet de blog

De limportance de la culture dentreprise, notamment pour rebondir…

Établir une culture d’entreprise positive Mais comment les entreprises peuvent-elles créer une nouvelle culture d'entreprise positive et attirer à nouveau des clients et employés, ainsi que des candidats potentiels, pour assurer leur réussite ? Favorisez la transparence, sinon vous serez confronté à des problématiques de confiance. Chaque entreprise a ses secrets. Le fait que la composition du Coca-Cola ne soit pas disponible à chacun est parfaitement logique. La situation est différente, cependant, pour les abus et violations au travail. La transparence, surtout lorsqu’il s’agit de conformité, est essentielle pour éviter de tels dérapages. Et ceci vaut également aux processus liés au personnel. En tant qu’employé, si je suis évalué, je veux savoir sur quels critères et pourquoi. Encouragez l’ouverture : il est essentiel d’expliquer pourquoi une action est ou n’est pas éthique. Ceci réclame une culture d’entreprise ouverte, où les employés présentant des griefs ou des problèmes, peuvent les pointer sans conséquence négative sur leur propre carrière. Développez un système efficace de gestion de la conformité. Mais en premier lieu, une culture de la conformité doit être créée, afin que les critiques soient entendues. Des règles doivent également être mises au point pour pouvoir la mesurer. Il est également essentiel que la non-conformité ait des conséquences disciplinaires. Le changement doit être initié jusqu’à ce qu’il soit finalement ancré dans la culture d’entreprise. Des outils logiciels peuvent ici se révéler utiles, en aidant à identifier les risques de conformité à un stade précoce et à faire en sorte que les employés soient formés à cet égard. Formez vos équipes : la formation est une opportunité d’initier activement un changement de culture. Après tout, elle sert à clarifier les valeurs et règles d'une entreprise, et les rendre accessibles à tous les employés. Une compréhension de base de la stratégie de l’entreprise est essentielle, tout comme de la façon dont le travail et la collaboration sont liés. À cet égard, les systèmes d'apprentissage peuvent fournir aux décideurs un soutien décisif, car ils créent la transparence nécessaire et touchent l’ensemble des employés – depuis le directeur jusqu’aux opérateurs de production. Geoffroy De Lestrange

Planifiez un entretien personnalisé

Discutez avec un expert Cornerstone pour savoir comment nous pouvons répondre aux besoins spécifiques de votre organisation en matière de gestion du personnel.

© Cornerstone 2022
Mentions légales